Accueil > Cahiers > L’Europe d’après > Abstention, piège à


Depuis 1979, on vote pour des députés européens. Et depuis 1979, la participation à cette élection est en baisse. Sauf cette fois ! C’est déjà ça. Mais la participation n’est quand même que de 43,1%. Presque 6 électeurs sur 10 qui ne votent pas, c’est un problème de démocratie.

Abstention, piège à cons

Thierry Verhoeven

dimanche 1er juin 2014

Comment juger une élection ? D’abord par la participation des électrices et des électeurs au vote. Participer au vote, cela veut dire que l’on veut donner son avis sur la vie en société, que l’on pense que c’est important. Celles et ceux qui ne participent pas au vote, celles et ceux qui s’abstiennent, pensent que leur voix ne changera rien ou que les gens pour qui on vote ne servent à rien. Qu’en est-il des élections pour le Parlement européen ? Et bien, il y a un côté positif mais il y a aussi un côté négatif.

Voyons d’abord le côté positif. On vote pour le Parlement européen depuis 1979. Et depuis 1979, d’élection en élection, la participation baissait toujours : 61% en 1979 et 43% en 2009. En 2014, la participation ne baisse plus : 43,1% de participation. C’est déjà ça.

Voyons maintenant le côté négatif. 43,1 % de participation, cela fait seulement un peu plus de 4 électeurs sur 10 qui sont allés voter. Cela fait 56,9% d’électeurs qui n’ont pas voté, qui se sont abstenus. Donc presque 6 électeurs sur 10 qui trouvent que cela ne sert à rien de voter pour le Parlement européen ! C’est beaucoup. Et c’est une moyenne.

La participation varie beaucoup de pays à pays. En Belgique et au Luxembourg, le vote est obligatoire, il y a donc 90% de participation. En Grèce, la participation est de 56%, au Danemark de 58%. Par contre, dans les pays de l’est de l’Europe, la participation est très faible : 13% en Slovaquie, 16% en Slovénie, 19,5% en République tchèque, 22% en Pologne, … Les pays de l’est de l’Europe sont des « nouveaux » pays de l’Union européenne puisqu’ils sont entrés en 2004 et en 2007 dans l’Union. Cela explique peut-être l’abstention très forte.

L’abstention aux élections pose un problème de démocratie : pourquoi des personnes qui ont le droit de voter ne votent pas ? Beaucoup d’entre eux sont déçus par la politique ou se sentent exclus des vraies décisions. Les femmes et les hommes politiques élus doivent s’occuper de ce problème. L’abstention aux élections pose un autre problème. Beaucoup d’électeurs pour le Parlement européen ont voulu voter car ils mécontents de l’Union européenne. Ils ont donc voté pour des partis qui sont plutôt contre l’Union européenne, des partis qui sont très nationalistes.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0